En Juin dernier, avec les p’tits et quelques autres blogueurs nantais, nous avons eu la chance d’être invités à visiter les entrepôts du site Avenue Des Jeux, situés en Vendée.

Si tu ne connais pas ce site, une petite présentation rapide s’impose : AvenueDesJeux c’est un peu le Amazon du jouet, des entrepôts immenses, des références à n’en plus finir, et une chaine logistique assez impressionante. Il s’agit donc d’un site de vente de jeux et jouets en ligne avec des dizaines de milliers de références au catalogue.

Et ce site fait en réalité partie du groupe Ludendo, et l’entrepôt abrite également des sites spécialisés dans les puzzles ou les déguisements, par exemple.

Bref, je vais arrêter là pour la partie histoire, puisque les blogueuses nantaises ont déjà très bien raconté cette journée. Non, moi je vais plutôt m’atteler à ce que je sais faire : un test !

Oui, car les enfants ont eu la chance de ne pas repartir les mains vides, donc autant te faire profiter du test du jouet en question : Le Tap Tap Métiers de Djeco.

20160809_193504-01

Qualité / Design

Alors voilà, c’est pas la première fois que je teste du Djeco et il y a des chances que ce ne soit pas la dernière non plus. J’ai déjà dit dans le test précédent que j’affectionnais le travail graphique de la marque, et c’est toujours vrai avec le Tap Tap Métiers.

En résumé, c’est soigné, c’est coloré, jusque dans les détails, avec un petit côté vintage. La boite comporte donc les éléments suivants :

  • Une planche de liège pour clouer les personnages
  • 8 cartes modèles de métiers
  • 5 pièces en bois par personnage (ce qui fait 40 pièces en bois au total, et j’ai même pas sorti ma calculette !)
  • Un sachet de clous
  • Un marteau en bois

L’ensemble est plutôt de bonne facture, l’emballage est bien fait, pas grand chose à redire dessus.

Concernant les personnages ont pourrait regretter que la parité ne soit pas parfaite, et que les métiers soient quelque peu « genrés », mais le but du jeu étant d’inventer les métiers en composant les différentes parties du personnages, la seule limite sur ce point à l’usage sera l’imagination de l’enfant.

20160809_193537-01

Jouabilité / Intérêt

Comme je viens de l’écrire, le but du jeu est de former des personnages en assemblant les différentes parties (tête, bras, torse et jambes). On prend la tête du cosmonaute que l’on place sur un torse de cuisinier, avec un bras de pêcheur, l’autre de pompier pour finir avec les jambes du chirurgien.

Ou pire, on pourrait jouer à un mauvais Dr. Frankenstein et mettre la tête à la place d’un bras, ou que sais-je ? On pourrait même le cumuler avec une autre version du Tap Tap pour faire mi-homme mi-véhicule… Ah, on me dit que je vais trop loin.

Tout ça pour dire qu’un des premiers intérêts du jeu est l’assemblage des différentes parties de métiers (il manque blogueur quand même dans la liste). Ça permet aussi aux plus jeunes (le jeu est conseillé à partir de 4 ans à cause des clous, mais on peut aussi y jouer sans clouer) de faire leurs premiers puzzles.

Dommage qu’il n’y ait que 8 métiers différents, on peut avoir vite fait le tour. La planche est un peu petite aussi, il y a la place pour mettre (à peine) deux personnages côte à côté.

20160809_193707-01

En réalité, GrandFrère a vraiment trouvé de l’intérêt dans ce jeu dans le fait d’avoir un vrai marteau avec des vrais clous ! L’avantage du marteau est qu’il est entièrement fait en bois, et plutôt léger, ce qui le rend pas dangereux pour l’enfant. Les clous sont des vrais aussi, pas trop pointus, mais assez pour être plantés dans la planche en bois.

Au final, si le jeu nous vend le côté « créatif », c’est bien le côté bricolage qui l’a emporté, du moins à la maison !

Evolutivité / Durée de vie

Concernant les personnages, une fois toutes les combinaisons faites (j’ai dit qu’on avait vite fait le tour, mais avec 8 métiers possibles pour chacune des 5 parties du corps, ça nous fait quand même 32,758 combinaisons ! Cette fois j’ai utilisé la calculette…) le côté évolutif atteint vite ses limites (mais GrandFrere est déjà grand pour cette partie du jeu, PtitFrere va bientôt prendre la relève).

Par contre le côté bricolage peut continuer à être utilisé, éventuellement en clouant d’autres choses, ça apprend à se servir d’un marteau sans tous les dangers inhérents au poids d’un réel marteau.

A savoir, il existe une version véhicules qui a l’air pas mal non plus, et qui s’apparente peut-être davantage à un puzzle. Une alternative qui pourrait pas mal plaire également.

 

Les plus Les moins
  • Un véritable marteau et des vrais clous, adaptés aux enfants
  • Le tableau blanc effaçable
  • Un peu plus de place sur la plaque n’aurait pas été du luxe
  • On aurait aimé davantage de métiers, et peut-être des métiers plus originaux
Le Tap Tap Métiers permet à l’enfant de se projeter dans différents futurs jobs, voire de les mixer entre eux (un pompier-pêcheur), mais il permet surtout l’activité de puzzle et de bricolage en assemblant les différentes parties et en les clouant. On aurait quand même bien vu plus de pièces et d’espace.

Le petit plus : Un véritable marteau pour bricoler comme papa et maman !

Note : 15/20

 

DJECO Tap Tap Métiers

Prix : 23,99 euros
Âge : de 4 à 9 ans